Histoire: Se promener dans les roseaux

Que sont ces bulles dans des roseaux du Lac Majeur?

Un paysage naturel inattendu à quelques pas de Locarno

Fabrizia y est allée lors des sorties d’école, elle les a regardés avec ses enfants depuis la plage du Lido Magadino et maintenant elle part à leur découverte à bord de la barque de Marco. Les Bolle di Magadino, véritable aire de service pour oiseaux migrateurs, sont un paysage naturel unique et surprenant à quelques encablures de Locarno.

LE PERSONNAGE

Fabrizia Girò, fascinée par le parc des Bolle di Magadino

Fabrizia Girò, fascinée par le parc des Bolle di Magadino
J'aime la montagne, j'adore marcher et explorer et je découvre le Tessin depuis 20 ans grâce à la marche.

« Vous voyez ce petit arbre ? C'est une des curiosités des Bolle : le cyprès chauve qui est arrivé des îles de Brissago, peut-être avec une graine portée par les vagues ou par un oiseau... » Les mots du gondolier Marco Nussbaum nous font immédiatement regarder avec d’autres yeux ce petit arbre qui sort de l'eau presque écrasé par les branches des autres plantes.

Ici, chaque détail peut cacher une histoire et il est vraiment difficile d’en voir certains: l'œil doit s'y habituer et le mimétisme règne en maître.

Fabrizia est enthousiaste: professeur d'arts plastiques à l’école secondaire de Roveredo, elle continue de découvrir des lieux cachés, même si elle est maintenant à la retraite.

En fait, elle a toujours connu les Bolle di Magadino. Quand elle était enseignante, elle accompagnait des sorties scolaires et elle venait avec ses enfants au Lido Magadino, séparé de la réserve naturelle par quelques vagues, mais elle n'avait jamais fait de promenade (gratuite !) sur une barque à rames pour observer de près les nids, les oiseaux et la nature. Elle le recommandera à ses amis et à sa famille !

Ici, tout a une histoire, à commencer par la barque elle-même: elle a été construite sans colle par un jeune Bâlois dont la famille a notamment fabriqué des bateaux pour l'armée suisse.

Conçu à des fins 100% pacifiques, ce bateau tranquille en bois est le seul à pouvoir entrer dans la zone protégée.

On y trouve des poissons, des plantes, des insectes et près de 300 espèces d'oiseaux, dont certains viennent d'Afrique et s’arrêtent ici pour se restaurer.

Et oui, parce que les Bolle di Magadino, protégées et gérées par une fondation créée spécialement depuis 1974, sont une immense « aire de service » pour les oiseaux migrateurs.

Les insectes, dont certains sont peu sympathiques lorsque vous marchez le long des sentiers entre l'eau et la végétation, sont un carburant naturel essentiel pour les oiseaux qui se donnent rendez-vous ici sur les rives du lac Majeur.

Ici, tout a une histoire, à commencer par la barque elle-même.

Même si elle n’est pas l’un des nombreux observateurs d'oiseaux qui viennent à Magadino du monde entier à la recherche d'espèces rares, Fabrizia observe attentivement les roseaux et remarque les tortues, les hérons, les grèbes...

… Qui sait si parmi ces oiseaux il y a aussi le fameux blongios nain ou la rousserolle turdoïde ?

Les roseaux, présents surtout au sud des Bolle, où le sol créé par la rivière Ticino est fait de sable et non de gravier, sont particulièrement fascinants, à commencer par leurs couleurs.

Au printemps, la partie sèche de la végétation et celle qui éclot vivent ensemble en créant un paysage chromatique évocateur, surtout si en arrière-plan le ciel est bleu ou les montagnes sont encore couvertes de neige.
En été, le ciel et la rivière se confondent et le vert est très vif.
Les couleurs de l'automne et le calme de l'hiver rendent aussi ces saisons uniques.

Fabrizia le sait bien et elle a été émerveillée par les roseaux: ceux de Magadino, bien sûr, mais également ceux qu'elle a vus à Gudo, près du presque secret lac Demanio, un jour de printemps tandis qu'elle faisait un tour avec les amis du groupe de walking.

Fabrizia aime la montagne. Elle adore marcher et explorer, et elle découvre le Tessin depuis 20 ans grâce à la marche: tous les jeudis, et toutes les fois où un groupe est motivé, elle se retrouve avec ses amis et allez, en route !

Pro tip
Par le passé, les roseaux étaient coupés, attachés et utilisés comme matériau de construction, en mélange avec du ciment, pour isoler les murs ou les plafonds.
En 1888, la construction des berges a commencé pour canaliser la rivière Ticino, qui jusqu'alors coulait librement. En 1918, la mise en valeur des terres du Piano di Magadino commence.
Différentes études scientifiques, menées surtout depuis 1994, ont montré l'importance internationale des Bolle di Magadino, l'une des neuf zones humides protégées de Suisse.

« Vous voyez ce petit arbre ? C'est une des curiosités des Bolle : le cyprès chauve qui est arrivé des îles de Brissago. »

PARTAGER CONTENUS

Ici aussi, à Magadino, le moment est venu de débarquer et de se lancer sur les chemins qui serpentent à travers les Bolle: quels sont ces petits arbustes qui ressemblent à des bambous dans lesquels Fabrizia disparaît ?

Un guide expérimenté ou un bon livre peut vous donner la réponse: le voyage de la découverte continue.

Histoires

À LA PROCHAINE HISTOIRE