142105
Image 0 - Bissone

Bissone

Le nom « de Blixuni » apparaît sur les cartes lombardes (735 et 854) et fait référence au nom de certains nobles locaux.

En 864, le monastère de Saint-Ambroise de Milan revendique des possessions, également documentées en 962, en 1034 et en 1054 (année où pour la première fois il est fait état d'un château). Dans la lutte entre Côme et Milan (1118-1127) pour la possession des terres du Tessin, Bissone fut un centre de résistance des Gibelins.

Les premiers établissements eurent un double objectif : d'une part routier, car Bissone était une plaque tournante importante pour les liaisons nord-sud ou vers l'Intelvese ; d'autre part principalement agricole, pour l'exploitation des biens du monastère de Saint-Ambroise situés sur les terrassements en pente.

Par conséquent, les premiers établissements ne furent pas construits sur les rives du lac, marécageuses et peu praticables à l'origine, mais sur la zone collinaire. Avec le développement progressif de la pêche, qui devint l'activité principale au point que Bissone, avec Morcote et Melide, eut le monopole commercial du poisson destiné au marché de Lugano, la ville commença à se développer vers le lac, avec des rues perpendiculaires se ramifiant comme les dents d'un peigne pour faciliter l'accès aux bateaux, et une grande place pour les activités et le commerce. La façade du port, qui fut construite entre le XVe et le XVIIe s., se compose des maisons les plus nobles, grâce au travail des nombreuses familles d'artistes enrichies par l'émigration : les Caratti, Gaggini, Orsatti, Bono, Pario, Garovo, Allio, Garovaglio, Castelli, Porro, Tencalla, Maderno, Verda, Somaini, Comanedi, Bussi et Casellini.

L’équilibre de cette structure traditionnelle fut rompu dès la construction de la route principale et de la digue-pont de Melide, qui transformèrent la place en un grand axe de circulation séparant la ville du lac, celui-ci perdant peu à peu de son importance. Plus tard, la construction de la ligne de chemin de fer (1882) et de l'autoroute (1966) a fini d'encercler le centre historique, le séparant même de la zone collinaire.

 

Caractéristiques

  • TRANSPORTS Bus