142108
Image 0 - Maroggia

Maroggia

Les restes archéologiques, bien que rares, indiquent que Maroggia fut un centre de fondation antique. En 1906, à l'occasion de travaux d'extension de l'ancien collège Don Bosco (Villa Petrucci), une dalle de grès en alphabet nord-étrusque fut mise à jour, et en 1926 une stèle avec une inscription romaine fut découverte.

La continuité de la ville est attestée par des documents datant d’environ 724, lorsque le roi lombard Liutprand fit don de ces terres à l'église de San Carpoforo de Côme (qui les céda ensuite au monastère de Saint-Ambroise de Milan), et par d'autres écrits datant de 962 et 966 où sont rapportés dans « loco et feudo Marogia », sept vignobles et trois champs que l'abbé Aupaldo du monastère de Saint-Ambroise de Milan donna à l'abbé Liutprando du monastère de San Pietro de Lodi ainsi que d'autres biens à Mendrisio et Meride en échange de certains biens et maisons que le monastère de Lodi possédait dans la cour de Campione.

En 1335, il est fait état de la présence d'un château (« Castellum de Marozia ») dont il ne reste aucune trace et derrière lequel se trouvait le « pré de la Rozia » et la « strata franzischa » : la route principale qui reliait Campione et Bissone à Mendrisio au Moyen Âge.

Les habitants de Maroggia, dont le petit centre historique compact s'est développé derrière l'église paroissiale, vivaient principalement de la pêche et de la production de charbon de bois. L'endroit où se trouve aujourd'hui l'oratoire de la Madonna della Cintura, édifice construit entre 1731 et 1766 au nord du village sur l'ancienne route menant à Bissone, est aujourd'hui encore appelé « carbonera ».

Plus tard, grâce à l'apport abondant et régulier d'eau de la rivière Mara, l'activité principale fut celle de « meunier » et de nombreux moulins (en plus d'une papeterie et d'une usine de produits alimentaires active jusqu'au milieu du XIXe s.) furent construits le long des canaux. Après des siècles, cette activité traditionnelle se perpétue aujourd’hui, avec des techniques modernes.

Comme beaucoup d'autres villages de la région, Maroggia fut la patrie d'artistes de grande valeur : les Rodari, les Longhena et les Somaini.

Il est important de souligner que le développement urbain de Maroggia s'est concentré principalement au sud du petit centre historique sans altérer le tissu et le lien étroit avec le lac.

Caractéristiques

  • TRANSPORTS Bus , Chemins de fer