142022
Image 0 - Castel San Pietro

Castel San Pietro

Avec ses 1 183 hectares qui s’étendent du fond des Gorges de la Breggia jusqu'au sommet du Monte Generoso, la commune de Castel San Pietro, qui depuis 2004 comprend également Casima, Monte et Campora (anciennes localités de Caneggio), borde la rive droite de la Vallée de Muggio. Son nom vient de « Castrum Sancti Petri », c'est-à-dire le manoir mentionné pour la première fois dans un document datant de 1171, mais probablement déjà érigé à l'époque des guerres entre Côme et Milan (1118-1127).

 

Au début, Castel San Pietro formait avec Balerna un Concilium (sorte d'ancêtre rural de la commune) avec la « Corte Regia ». Au cours du Moyen Âge, Castellanza devint une possession du Diocèse de Côme et des familles Rusconi (ou Rusca) et des lucernois Russ. Les grands propriétaires terriens, laïcs (tels que les Albrici ou les Turconi) et religieux, se partageaient les vastes terres communales. La population locale s'était dédiée à l'agriculture, activité à laquelle fut ajoutée au fil des ans, la culture du mûrier (pour la sériciculture), le tabac (pour les fabriques de cigares) et la vigne, au point de pouvoir se vanter d’être la commune possédant le plus de vignobles dans le Tessin.

 

L'émigration joua également un rôle important dans l'économie du village. À l'époque médiévale, elle concernait principalement les maîtres bâtisseurs et les plâtriers, puis ce fut une émigration artistique des familles nobles (les Carabelli, les Pozzi, les Salterio et les Magni). Enfin, au cours du XIXe s., l’émigration prit la direction de l'Amérique latine.

 

Au siècle dernier, des courants artistiques particuliers s’épanouirent à Castel San Pietro, notamment le Groupe Rot-Blau, fondé la nuit de la Saint Sylvestre de l'année 1924-1925 à Obino, ou le groupe avant-gardiste Trentatré, qui vit le jour à Bâle pour protester contre le conservatisme en vigueur et qui s'est déplacé plus tard dans le Tessin.

Caractéristiques

  • TRANSPORTS Bus