151361
Image 0 - Ceneri alle ceneri
Du
au

Ceneri alle ceneri

Harold Pinter / Luca Spadaro

Pour sa troisième mise en scène de Harold Pinter (après Le Gardien et Le Monte-plats), Luca Spadaro se confronte à Ceneri alle ceneri (Dispersion), l’une des dernières comédies du dramaturge britannique, lauréat du prix Nobel de littérature en 2005.

Par rapport aux textes précédents, Ceneri alle ceneri est très immobile : deux personnages, mari et femme, un soir d’été. Une maison à la campagne, par la fenêtre on peut voir un jardin. Le soleil se couche. Un verre à la main, un fauteuil confortable. Apparemment, dans l’univers de cette pièce, des souvenirs contradictoires peuvent coexister dans la mémoire d’une personne et être tous vrais. Nous sommes nous, avec nos passe temps et nos amis, et nous sommes aussi ce qui est arrivé aux êtres humains avant nous, ce qui nous permet d’être ici, aujourd’hui, assis dans un fauteuil, un verre à la main et un jardin de l’autre côté de la fenêtre.

Et par une soirée d’été, il peut arriver que nos souvenirs les plus profonds remontent à la surface avec le caractère concret de choses réelles, d’événements qui se sont produits, et rendent invraisemblables les murs solides de notre belle maison.

"Harold Pinter" écrit Spadaro "m’a toujours fasciné par le soin profond qu’il apporte au choix du titre de ses pièces. Ashes to ashes est une citation du livre de la Genèse, devenu par la suite le plus célèbre mémento du christianisme. Dans le livre où tout commence, Dieu nous rappelle, nous exhorte à nous souvenir de notre fin."

Prix

Caractéristiques

  • OUVERT ven.... sam.: 20:30
    dim.: 18:00
  • TYPOLOGIE Théâtre