2710
Image 0 - Marteau-pilon du Malcantone
Image 1 - Marteau-pilon du Malcantone
Image 2 - Marteau-pilon du Malcantone
Image 3 - Marteau-pilon du Malcantone
Image 4 - Marteau-pilon du Malcantone
Image 5 - Marteau-pilon du Malcantone
Image 6 - Marteau-pilon du Malcantone

Marteau-pilon du Malcantone

L’eau est connue depuis l’antiquité comme source d’énergie et le moulin à eau en est l’utilisation la plus répandue. Le marteau-pilon, quant à lui, représente une application moins courante de cette forme d’énergie. Dans cet atelier des temps passés, on travaillait le fer pour en tirer des outils et des objets d’usage commun.

Avec un saut relativement modeste, la roue fait tourner l’axe principal sul lequel trois barres en bois dur sont fixées en éventail. Dans le mouvement de rotation, ces barres touchent l’extrémité du manche du marteau-pilon et le soulèvent. A peine la barre a-t-elle fini sa propre course sur l‘extrémité, que tout le manche et le marteau-pilon tombent sur l’enclume. Le rythme des battements dépend de la vitesse de rotation de la roue qui à son tour est déterminée par la quantité d’eau qui coule. Le marteau-pilon servait à ébaucher les objets qui recevaient leur forme définitive en un second temps. Le marteau-pilon d’Aranno a été construit par la famille Righetti en 1860.

Il est peu probable que la construction ait été favorisée par la présence des mines de fer du Mont Torri, puisqu’elles furent exploitées entre 1823 et 1827, c’est-à-dire à une période précedant la construction du marteau-pilon. L’activité exctractive reprit entre 1862 et 1870. Il est probable que durant cette période, une partie du matériel extrait ait abouti au marteau-pilon d’Aranno. Le discours sur la qualité du fer obtenu est encore à vérifier.

Dans nos vallées et même ailleurs, dans les vallées bergamasques par exemple, la matière première destinée aux marteaux-pilons était constituée avant tout de débris de fer récupérés par des marchands ambulants qui les revendaient aux „maiée” (forgerons). Le dernier “maiée” d’Aranno a été Fedele Agostini, 1888-1983. A la fin des années quarante, son activité était déja très reduite, mais le marteau-pilon fabriquait encore des faux, des faucilles, des pelles, des bêches et des pioches. Les outils d’Agostoni portaient une marque avec son nom de famille et étaient introduits dans un marché local sur lequel nous ne disposons pas d’informations précises. Il n’est pas tout à fait exclu que l’un des points de vente ait été la foire de Saint-Provin à Agno. 

Au début des années soixante, dans une fôret du sud Mendrisiotto, on a trouvé, plantée dans un arbre et terriblement rouillée, une serpe à bois qui portait la marque „Agostoni”; signe, peut-être, d’un petit marché qui franchissait largement les limites géographiques de la région de production. L’activité du marteau-pilon cessa à l’improviste le 10 août 1951. Pendant la nuit, les eaux de la Magliasina et celles de la Pirocca, un petit ruisseau tout proche parvinrent à des niveaux jamais atteints. Le marteau-pilon fut inondé et à demi-démoli. Aussi, Fedele Agostoni et sa famille durent-ils se réfugier à Miglieglia. En 1979, on créa la Fondation Maglio du Malcantone qui a pour but de récolter des fonds pour remettre en état le vieux marteau-pilon de façon à transmettre à la postérité l’une des nombreuses bribes de l’histoire de notre vallée.

Le marteau-pilon d’Aranno est l’unique marteau-pilon à levier qui existe actuellement en Suisse. C’est pourquoi, toutes les actions entreprises pour sa sauvegarde sont plus que justifiées.