26705
Image 0 - Itinéraires artistiques : la Dernière cène
Image 1 - Itinéraires artistiques : la Dernière cène
Image 2 - Itinéraires artistiques : la Dernière cène

Itinéraires artistiques : la Dernière cène

On compte dans les édifices religieux de Suisse italienne une centaine de représentations de la Dernière cène. La plus connue est celle de Ponte Capriasca (S. Ambrogio), imitation de celle de L. de Vinci (S. Maria delle Grazie, Milan), effectuée par un de ses disciples, Cesare da Sesto.

Autre Cène d'une grande intensité, peut-être la plus réussie du Tessin, celle de B. Luini (S. Maria degli Angeli, à Lugano), également inspirée de L. de Vinci.

Les Dernières cènes de Novazzaro, dans l'oratoire de l'Annunziata, attribuée à G. B. Tarilli, et celle d'Arosio, assez naïve, d'A. da Tradate, sont aussi intéressantes.

Dans l'église collégiale de Bellinzona se trouve une toile de C. Procaccini (1551-1629), réaliste au point de représenter un trou dans la nappe, alors qu'à Arbedo (« Chiesa Rossa ») la peinture attribuée aux Seregnesi montre Juda mangeant le repas porté par Jésus. La Cène de S. Bernardo, au-dessus de Monte Carasso, est des Seregnesi.

Les amusantes représentations du XVe s., à Ditto et Curogna, monts au-dessus de Cugnasco, montrent des tables avec des écrevisses et des cerises, sous les yeux désespérés d'un Juda de profil.
A Brione Verzasca se trouve une Cène très ancienne, d'un maître de l'école de Giotto (XIVe s.). Les statues de terre cuite de F. Silva, à Morbio Inf., qui recomposent le cénacle dans le sanctuaire de la M. del Sasso, à Orselina, sont une ?uvre essentielle du XVIIIe s.
Dans la vallée Onsernone, à Loco, se trouve une Dernière cène intense de G. Maes (1683).

La plus célèbre Cène de la Leventina, de par son élégance et sa sobriété, est celle de Rossura, découverte en 1964.