2860
Image 0 - Église de Santa Maria del Castello
Image 1 - Église de Santa Maria del Castello
Image 2 - Église de Santa Maria del Castello
Image 3 - Église de Santa Maria del Castello
Image 4 - Église de Santa Maria del Castello

Église de Santa Maria del Castello

Situé sur une colline enchanteresse en position élevée, il appartenait probablement, comme son nom l'indique, à un château détruit en 1518 par les Uraniens.

C'est un charmant bâtiment à deux nefs parallèles, construit à deux époques différentes. La chapelle primitive, peut-être noble, a survécu à la démolition du château, avec une abside ronde et une seule nef à deux étages (la plus basse étant probablement une crypte).
Le plan de l'église actuelle ne correspond pas à celui de l'église primitive mais est le résultat d'une adjonction au nord d'une autre nef complétée par un chœur quadrangulaire du début du XVe siècle.

Les deux chœurs sont séparés par des grilles en fer forgé du XVIIe siècle.

Alors que les murs du chœur droit sont ornés de fresques modernes, les fresques du chœur gauche datent de la première moitié du XVe siècle. Sur la voûte se trouve le Christ avec les symboles des évangélistes, à l'arrière-plan, dans la lunette, Saint Georges tuant le dragon, Saint Bernard et Saint Blaise, sur le mur gauche Saint Sébastien avec une inscription en lettres gothiques datant de 1448.

À l'exception des deux figures de saint Bernard et de saint Blaise qui sont plus tardives, toutes les autres fresques appartiennent certainement à un Seregnais. Les figures, cependant, comme le constatent les critiques, avec des visages à la physionomie unique et immuable, dans des positions frontales rigides et avec des traits naïfs et enfantins, ne font pas penser à ce Nicolao da Seregno qui a peint à fresque l'église de S. Nicolao, également à Giornico, mais à l'un de ses prédécesseurs.

Dans l'abside se trouvent des fresques d'un intérêt stylistique particulier, tandis qu'un faux retable cache une Crucifixion. Elle est dominée par le Sauveur intronisé, en amande polychrome, avec une main droite qui bénit, tandis que la gauche tient le livre de la vie : Ego sum lux mundi.

Autour du plafond, entièrement reconstruit en bois à caissons en 1575 comme l'atteste l'inscription au-dessus de l'arc du chœur de gauche, court un cadre décoré de motifs échiquéens et naturalistes en noir et blanc, expression de l'art lombard.

Le clocher élancé, de style roman et quadrangulaire, adossé à l'abside ronde par deux arcs en plein cintre, est situé en position dominante.
 

  • Clés chez Mme Doris Solari, Giornico (tél. 091 864 19 87) et Osteria Giornico (tél. +41 91 864 22 15 ).
  • Fêtes spéciales : S. Giuseppe, Dimanche des Rameaux, All'Assunta.